Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 10:12

Nous venons d'être confronté à un situation exceptionnelle qui comme le changement climatique, la biodiversité a des effets sur l'ensemble de la planète.. De nombreuses alertes avait été lancée pour annoncer  les risques qu'un tel évènement se produise était important. Pourtant la plupart des nation se sont  montré non préparée à cette éventualité.

Les réflexions ci jointes analyse une partie des effets résultant de ce manque de prise en compte de ce risque mettant en lumière la  vacuité  de la procédure du lanceur d'alerte et par extension l'inefficience de nos prétention de prévoir les risques futurs quel que soit la quantité des données que l'informatique et "l’intelligence artificielle" stocke et analyse.

La quantité n'est pas la qualité en matière d'information dont les principales outils sont la pertinence et la compréhension.

Les hommages et les ralliement à l'image du Générale De Gaulle me donne l'occasion de monter que  la vision de l'avenir ne peux se construire que sur l'expérience des relation de l'homme à la peur et sur la volonté de prendre le risque de faire confiance qui a bien disparue avec le carcan du contrôle informatique.

Bonne lecture

 

Importance de la confiance et de l'experience

Partager cet article

Repost0
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 17:59

C’est de ressasser, depuis l’imposition des mesures de confinement, ces recommandations de la Bible :

Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et luiseul. s’il t’écoute tuas gagné ton frère

Mais s’il ne t’écoute pas prends avec ti une ou deux personnes afin que toute l’affaire se réglesur la déclaration de deux ou trois témoins (Mathieu 18 /15)

Mes frères si quelqu’un parmis vouss’est égaré loin de la vérité et qu’autre l’y ramène, qu’i sache que celui qui ramènera un pêcheur de la voie ou il s’était égarésauvera une âme de la mortet couvrira une multitude de pêchers. (Jacques 5/19-20)

Que j’ai pris la responsabilité de faire part de mes reflexions et expérience sur la conduite d’une situation de crise.

En cours de rédaction d’un ouvrage axé sur l’analyse des distorsions entre nos pratiques et règlement conduisant à la détermination de la valeur, et la réalité d’une économie où le taux d’intérêt ne constitue plus une mesure générique de l’évaluation du risque, j’ai compris l’intérêt pour la compréhension du lecteur de m’appuyer sur la gestion de la crise samitaire que nous traversons.

Je publie donc en avant première un chapitre qui y est consacré.

Pour cette analyse que je me place sous le statut de lanceur d’alerte dans la mesure ou les constations que j’ai pu faire peuvent ne pas correspondre à la réalité du fait d’un accès à unniveau d’information fortement altéré du simple fait du confinement.

Cette simple constatation est de nature à altérer l’évaluation de nos dirigeants peuvent faire de la situation.

Hors de ma résidence, pour avoir répondu à un appel à l’aide d’une personne qui s’étant fracturé le poignet droit, blessure ayant nécessité une opération trouvait en grande dépendance. L’accident s’étant produit juste avant les restrictions portées aux déplacements je me suis tourné faute de service de renseignement en place et en raison de l’imprécision des instructions vers les service municipaux de ma résidence et celle de la personne secourue. Sans réponse à mes demandes de précisions je suis dans l’incertitude la plus totale sur la conduite à tenir pour :

  1. sécuriser ma maison

  2. pouvoir aller chercher des lunettes commandées avant le confinement commndée à Cergy.

  3. remplacer une prothèse auditive perdue 0 Courbevoie.

Au total cette publication constitue une démarche en dernier ressort faute d’avoir pu trouver un interlocuteur, les sites du gouvernement sur la crise ne permettant pas de guider le citoyen.

Que le lecteur m’excuse de ces détails de peu d’intérêt mais imposés par les événements.

Voir article joint

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2019 6 21 /12 /décembre /2019 19:16

INTRODUCTION

Il n’est pas besoin d’être un spécialiste de la question, pour accepter la réalité avec les faits qui ont modifier les modalités de financement de cette solidarité entre générations..Les conditions ont elles-mêmes profondément changé avec l’allongement des espérances de vie, l’allongement de la durée des études, les contraintes induites par des modalité de concurrence souvent biaisées, la paupérisation de classes moyennes induites par la crise financière importée, la fragilisation du système financier par les manipulations du temps et des promesses etc.... Elle conduit les gestionnaires des solidarités liées à l’âge à faire admettre que les mécanismes qui ont au fil du temps présidés à son organisation des fins de vies doivent s’adapter aux moyens disponibles. Or cette adaptation implique pour partie la solidarité au sein du statut. Or la solidarité implique la transparence et la confiance quand éventements que nous observons et la prise en otage des actifs qui se déroule actuellement nous emportent bien loin de ces notions.

Prenons un peu de recul et réfléchissons sur les positions des protagonistes qui nous ont conduit à une situation de blocage du type de celle que nous a concocté en 1995 Monsieur JUPPÉ.

INCONPÉTENCES ?

J’ai assisté le 2 décembre dernier à une présentation du CONSEIL D’ORIENTATION DES RETRAITE présentée par M. Delevoye. La première présentation voulait démontrer la misère de de la condition de retraitée de la femme. (La condition féminine est à la mode avec les revendications d’égalité). Or les chiffres compilés ne prenaient pas en compte les revenus annexes et les incidences fiscales sur le revenus net effectif. Cette anomalie induisait un biais considérable dans la démonstration.

Préalablement à la présentation de la réforme, le facteur confiance nécessaire à induire l’acceptation par les personnes devant le plus lourdement contribuer à l’effort de solidarité se trouvait fortement entaché par la faiblesse de la démonstration. Les dissimulations de M. Delevoye, n’ont certainement pas contribué à la restaurer.

Par ailleurs une réforme de ce type dont les précédents exercices se sont conclus toujours sur un abandon des mesures les réformatrices, aurait demandé l’ouverture de négociations préalables au cours desquelles les principaux points de blocage auraient du être traités surtout avec les opérateurs en mesure de déclencher des actions revendicatrices avec des effets notables sur l’activité en cette période de Fêtes :

  1. la logistique

  2. les financement

  3. le tourisme

  4. les commerçants et artisans.

  5. Les professions de santé de masse.

En outre, la méthode utilisée pour engager les réformes est restée la même que celle utilisée pour la LOI n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques laquelle n’a été votée que grâce à l’utilisation de l’article 49/3 de la constitution.

Elle consiste à inclure dans un texte dont le volume est important un foule de dispositions certaines acceptables d’autre fortement contestables tant dans la forme que dans le fonds et dont l’effet est de rendre les dispositions illisibles. Dans ces conditions la présentation qui en est faite peut être facilement orientée comme ce fut le cas de la présentation du COR.

Du côté syndical, le consensus n’a pas été obtenu et la conséquence a été de contester le texte en bloc et d’utiliser le flou induit par la difficulté d’expliquer de façon simple le nouveau fonctionnement. De forte incertitude se faisait jour notamment sur les condition d’établissement de la valeur du point qui conduisait tout un chacun à perdre tout repère.

L’utilisation des personnels détenteurs d’un pouvoir stratégique et peu nombreux permettait d’avoir une action importante, mais avec un inconvénient de rendre la sortie de crise éminemment difficile.

Le cas du Métro parisien est emblématique de l’utilisation d’un vrai risque pour les personnels concerné, car l’automatisation galopante des lignes de transport conduit à la disparitions à terme rapproché de cette fonction. La perspective de perdre tout pouvoir de négociation et d’être marginalisé comme tout un chacun et notamment de se retrouver dans la situation des plus défavorisés des retraités actuels a du constituer un puissant facteur de mobilisation.

Par ailleurs ces personnels sont quotidiennement sollicité par des incivilités et la dévalorisation en perspective devient inacceptable.

Ce faisant les revendications devenaient catégorielles et l’exaspération de la population, risque de l’emporter alors que nombre des personnes les plus impactées comme les personnels d’entretien, d’aide à la personne ou les travailleurs en équipes ou le personnel médical sont loin d’être des favorisés de l’ascenseur social.

Au total d’un côté on a détruit la confiance, de l’autre on a construit une situation de blocage.

INCONSÉQUENCE ?

Le blocage construit par les grévistes et les syndicats est directement responsable de licenciements des travailleurs précaires qui ne peuvent se rendre à leur emploi temporaire que génère les achats de fin d’années. Les commerçants et artisans dont l’activité est fortement réduites et qui essuient des pertes parfois conséquentes, vont être obligées de licencier.

Dans la situation économique actuelle ou des ingénieurs doivent se contenter d’emplois précaires renouvelé tous les trois ou six mois, ou se situent les personnels non qualifiés ?

Quand il s’agit du tourismes étranger l’impossibilité de se rendre aux spectacles est pour eux une perte sèche. Pensez vous qu’ils renouvelleront l’expérience ?

L’intransigeance du gouvernement risque d’avoir des effets encore plus néfastes, car comment alors qu’il n’est pas en mesure de gérer ses problèmes internes, comment peut-il prétendre donner l’exemple au niveau européen et gérer à son avantage la négociation du BREXIT ?

Au plan financier la promotion de la place de Paris comme place financière européenne, ou le rayonnement des innovations financières promues par France Innovation, comment peut-elle être crédible.

Au niveau des mouvements du terrorisme, comment alors que quatorze soldats sont morts, obtenir la confiance des populations en situation précaire et que nous prétendons protéger ?

Comment ne pas voir de nouvelles dégradations et violences si nous ne savons pas œuvre de mesure pour résoudre nos problèmes interne dont l’impact est minime par rapport aux préjudices subits dont nous ne mesurons pas encore l’ampleur ? Sur ce point les protagonistes ont une responsabilité identique.

CONCLUSION

Face aux défits du changement climatique, cette crise me semble prémonitoire des risques à venir. Nous prétendons vis à vis de 197 pays montrer la voie pour parvenir à endiguer des risques dont nous ignorons tout si ce n’est que le climat terrestre va devenir de plus en plis instable avec la multiplication des éventements extrêmes . La crise actuelle comme celle des Gilets Jaunes montre combien, les préoccupations de proximité domine les réaction de notre société. Nous nous montrons incapable de relativiser les problèmes et de les régler par gradient de risque.

Les coûts qu’elle implique pour toute la population sont considérable, bien au-delà des coûts qu’aurait généré une réforme de moindre ampleurs s’attachant à gérer les cas de précarité extrême par une solidarité de proximité . Je pense comme le poète italien que rien n’a changé et que nous restons à l’age de la pierre et de la fronde.

Nous embarquons en 2020 avec un nouveau et sérieux handicap

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 18:35

ON PARLE ÉGALITÉ, CONCURRENCE ALORS QUE LE SUJET EST L’ÉQUITÉ

 

INTRODUCTION

 

J'ai assisté le 2 décembre dernier à un colloque du Conseil d’Orientation des Retraites dans les locaux de FRANCE STRATÉGIE rue de Ségur.. Sans mettre en cause la qualité des présentations ni la sincérité des intentions des recherches présentées certains aspect du débat m’ont parus ne pas donner une visions claire des situations respectives des hommes et des femmes concernées.

Qu’une meilleures prise en compte de certaines situations choquantes où après une vie consacrée à un travail ou une fonction sociale , certains et certaines ne soient pas en mesure de finir leur vie de façon décente, mérite que l’on s’emploie à rectifier ces iniquités ne pose pas débats. Cependant un peu de circonspection me semble de mise afin de ne pas induire d’autres drames similaires aux suicides d’agriculteurs broyé par la concurrence.

Mon propos et je l’ai manifesté en séance porte sur la façon dont on utilise l’information statistique et sur le positionnement des personnes chargées de tirer des conclusions sur ces travaux alors que les données utilisées ne présentent en fait qu’une image partielle de la réalité pouvant conduire à des conclusion éronnées.

En l’occurrence les données étaient centrées sur les informations salariales brutes qui ne tenaient pas compte de l’impact fiscal et ce faisant avait pour effet d’inflater le revenu des hommes par rapport à celui des femmes et l’évocation d’une longévité de 116 ans pour rétablir l’équilibre des dépenses pour les pensions frise l’escroquerie..

Par ailleurs en ce qui concerne la solidarité entre les sexes elle est sérieusement occultée il n’a pas été fait mention de la quotité de reversement de 60 % de l’homme vers la femme. De la revendication d’égalité que sous tendait ce propos et des opinions à partir de sondages qui alimentaient la justification de l’iniquité du système actuel au dépens des femmes la représentation était quelque peu distordue et cel était d’autant plus choquant que seules des intervenantes féminines le portaient.

Plus largement la revendication d’égalité qui alimente le café du commerce ne tient pas compte de la solidarité structurelle de la couverture sociale en faveur de la femme. Une étude Suisse sur le sujet ne fait aucun doute sur le sujet.

Face à une situation économique où le dogme de la concurrence conduit à une distorsion de l’allocation des ressources encore plus importante que la naissance sous l’ancien régime et en l’absence d’une modification des règles de partage, il serait bon au moins que les chiffres soient clairs et que les situations ne soient pas regardée par le petit bout de lorgnettes déformantes.

La récente réforme des conditions de collecte de l’impôt sur le revenu est un exemple emblématique de dialogue déformé. D’un coté on proclame à grand renfort de trompes à chaque carrefour que les citoyens doivent gérer leur retraites en investissant dans des placements en faveur des entreprises au lieu de las stocker sur des comptes sur livrets défiscalisé et donc de porter des risques économiques directs et de l’autre on leur cache les coûts de la couverture santés et la gestion de leurs expositions au risque fiscal.

Pire que cela soit pour les modifications de vitesse de circulation pour lesquels le coût carbone de la mesure n’a pas été divulgué de même que celuirésultant de la multiplication des opérations de transfert qu’occasionne la nouveau dispositif de gestion de l’impôt sur le revenu.

Face à cela on prétend taxer les déplacement s des personnes en zone rurale ou en grande banlieue qui n’ont aucune autre possibilité que de recourir à la voiture pour organiser leurs déplacement salors que leur environnement absorbe largement la pollution qu’il génèrent et supporte celle des infrastructure utilisées par les citadins.

Je pourrais ainsi multiplier les exemples Mais mon propos a pour seul objectif d’attirer l’attention sur une réflexion plus large qui concerne notre façon de nous représenter de manière global et équilibrée notre façon de compter .

 

 

 

ANALYSE STRUCTURELLE DE NOS CONCEPTS D’ORGANISATION ET LEURS EFFETS SUR LES RELATIONS SOCIALES

 

Si l’on part de la démarche qui a conduit les réalisateurs de la série de films titrés l’APOCALYPSE et la présentation des massacres qui ont émaillés le 20ème siècle et dont le support conceptuel fut l’opposition entre capitalisme et communisme, on s’aperçoit que les mêmes iniquités sont à l’œuvre avec les mêmes contradictions internes véhiculées principalement par les idéologies en présence à l’époque :entre la parole et les actes avec les mêmes décalages entre les principes de fonctionnement et la réalité.

Quels sont les plus importantsde ceux actuellement en cour :

  • égalité et concurrence

  • risque climatique et choix économiques

  • liberté et informatique

  • confiance et répartitions des ressources

 

Considérons tout d’abord le concept d’égalité qui permet de structurer un raisonnement mathématique et sur lequel se base la plupart des nos démarches décisionnelles. Notre façon de passer d’un objet réel a sa représentation dans un échange ou dans un processus de création induit au minimum une simplification sémantique du réel. Une grande part de la verbalisation n’est intelligible que par référence à un cadre culturel implicite. Le thème est tellement familier que l’on n’y prête plus attention et qu’on l’applique à tout un tas de démarches, même si cela est absurde.

Pourtant si l’on creuse un peu les champ des mathématiques l’on s’aperçoit que pour se simplifier la tâche on applique la même démarche en se référent à des théorèmes, alors que en même temps, quand elle sort du cadre défini des objet mathématiques on élimines les données « non significatives.. Le cadre réputé rigoureux y fait de larges entorses lorsque les mathématique se confrontent à la réalité : décrire une onde, un phénomène dynamique ou tout simplement aborder une équation différentielle. L’égalité considérée exclue ce qui complique le raisonnement ou ce qui complexifie la démonstration.

Au plan économique l’adoption du concept de concurrence conduit à intégrer la mort à terme de l’un des concurrents « qui n’ a pas su s’adapter » . La destruction d’un être humain privé de ressources ne posait aucun problème moral à un dirigeant cadre d’une entreprise internationale d’audit qui animait un groupe de réflexion sur la gestion des risques.auquel je participais.

C’était une loi de la nature explicitée par DARWIN. Le raisonnement binaire justifiant la position évacuait l’environnement et les limites physiques qui équilibrent le plus souvent le rapport de force entre prédateurs et proies.

Dans le contexte conventionnel humain, il n’y a aucune force de rappel face à la destruction du dominé conventionnel. Seul le nombre des dominés révoltés dans un processus d’élimination du dominant par la violence permet de modifier les rapports de force existants.

Les conventions humaines n’ont aucun ressort de rappel. On considère toujours la valeur de marché comme génératrice du prix sans s’apercevoir que les conditions ont changé et qu’elles favorisent certains intervenant au dépens du plus grand nombre. Dans une émission de FRANCE2, une réflexion de EMMANUEL TODD,qui n’a pas été retenue concentre en fait tout les risques que l’on peut percevoir dans la situation de contestation des Gilets Jaunes. Il a fait remarquer que les contraintes de ressources infligées, constituaient en fait la violence ultime. C’est en effet en les privant de leur leurs ressources que l’on a entamé tous les mécanismes de destruction des groupes humains pointés comme responsables des crises.

La concurrence centrée sur le signal prix en réduisant le nombre d’intervenants est antagoniste dans la durée à l’égalité dans l’échange car elle favorise le plus puissant en terme financier ou réglementaire . En outre elle introduit un risque systémique en limitant les modalités et les diverses dimensions de l’échange indispensable à l’adaptation dans le cas de modification des règles ou des environnements..


 

La libération de gaz à effet de serre auparavant enfouis dans les roches du manteau terrestre est a présent largement considéré comme un fait. Ceci implique en raison de l’accumulation d’énergie dans l’atmosphère le développement de manifestations climatiques plus énergétiques que par le passé et la modification des conditions de comportement des matériaux à la surface de la planète.

La forme sphérique de la planète et l’inégale répartitions des terres et des masses liquides font que l’impact selon les régions seront très différents. Par conséquent les risques économiques à prendre en compte doivent être gérés de façon adaptée à l’environnement géographiquement défini Une taxation uniforme ne peut en aucun cas porter des solutions optimales. Car si l’on présente comme argument que c’est le carbone de haute altitude qui porte l’essentiel de la responsabilité du réchauffement les effets au sol sont les plus divers et sont les plus sensibles au niveau des pôles, ce qui ne nous concerne guère au quotidien.

L’acceptabilité des contraintes et les actions préventives et curatives qui en résulteront seront donc gérées de façon la plus pertinente par les populations concernées. Le mouvement de Gilets Jaunes qui aurait du permettre de gérer les problèmes au plus près ou la manifestations des éleveurs, démontre comme le biais signalé dans les évaluations du COR évoqués ci dessus, un problème qui est global dans sa prise en compte, ne peut être géré que sur la base des manifestations rencontrées sur le terrain.

Deux autres aspects peuvent être évoqués en matière de gestion du risque climat la production d’énergie et les choix des moyens de transport. La production d’énergie est devenu depuis la machine à vapeur un problème essentiel à notre mode de gestion de notre environnement et de son exploration. Son développement a toujours eu un impact social important. Face au risque climatique le choix qui a été fait de recourir de façon préférentiel au vecteur de transfert fourni par l’électricité , comporte néanmoins des risques fondamentaux dont on parle peu. La seule vision de la multitude de lignes électriques convergeant vers la capitale montre notre vulnérabilité aux phénomènes climatiques extrêmes et encore plus celles résultant de situation du terrorisme endémique actuel ou de conflits armés. Il est clair que ce choix n’est pas anodin.Une organisation décentralisée avec de caractéristiques comparables à internet est d’une urgente nécessité. En ce qui concerne le moyens de production les choix politiques au niveau de l’Europe sont difficiles à concilier et les objectifs fixés sont loin d’être atteignables car il n’intéressent les population que pour autant qu’elle en ressente les effets ou non.. Elles se moquent du pôle sud ! Enfin les modes de valorisation adoptés se révèlent contradictoires en regard des objectifs fixés de sécurité d’approvisionnement et de flexibilité.

Le récent revirement stratégique qui touche la filière nucléaire et les échecs industriels des méga centrales cœur de la stratégie AREVA posent le problème de la répartition des risques face des hypothèses de rentabilités qui se révèlent inatteignables. Le « stop and go » touchant le photo voltaïque est révélateur d’un focalisation sur des espoirs inaccessibles ou des effets de mode.

Mieux vaudrait répartir les risques entre les énergie fossiles, les énergies renouvelables, le nucléaire et les filières au stade de la recherche industrielles.

En ce qui concerne les moyens de transport des personnes la filière électrique butte sur l’autonomie, la production et sur le recyclage des batteries qui risque de se révéler plus polluant que le pétrole ou le gaz.

Je suis atterré que l’on n’ai pas opté pour deux types de démarches pourtant accessibles avec des techniques en usage.. Une présentation d’un constructeur de poids lourds a affirmé que les moteurs Diesels disponibles actuellement étaient moins polluants que les meilleurs moteurs essence. De ce fait plutôt que de recourir au tout électrique, pourquoi ne pas optimiser le cycle thermique comme cela a été fait sur les poids lourds pour produire de l’électricité comme seul vecteur de transmission mécanique avec des options interchangeables sur les moteurs thermique : batteries, gaz, essence, diesel ?

Si l’on parvient ultérieurement à une autonomie et à des temps de charge acceptable, n’écartons pas le tout électrique qui peut aussi fonctionner sur les principales voies de circulation à partir de zone de chargement tout en circulant, cela en recourant à l’induction ? Cela permettrait en outre de reconsidérer la structure du réseau sur le schéma internet afin de l’adapter à une production décentralisée.

Parlons de liberté après l’égalité, objet indirect du séminaire COR évoqué ci-dessus. J’ai acheté récemment une imprimante laser BROTHER pour l la compacité de sa construction et le coût réduit de l’impression noir et blanc. Or le constructeur ne permets pas aux distribution de logiciels libres d’avoir à leur disposition les pilotes de l’imprimante et du scanner. Je suis donc obligé pour mes impressions de recourir à un vieux logiciel Microsoft sur un ordinateur que par précaution je ne connecte pas à internet.

Plus fort encore avant d’en venir à ce bricolage, j’avais acheté un ordinateur portable Aspire ES15 de la marque ACER pour donc résoudre de façon rénovée à mon problème d’impression. Lorsque j’ai voulu me connecter sur mon adresse mail que Microsoft m’avait contrait à souscrire sur l’ancien ordinateur évoqué ci-dessus. Le logiciel m’a obligé à entrer le code PIN de mon portable. Ceci implique que Google ou La poste l’ait communiqué à Microsoft sans aucun respect des lois RGPG, de la confidentialité et de la sécurité.

J’ai ensuite tenté de me connecter par le biais du portable mais Microsoft m’a refusé l’accès sur la base de mon ancien mot de passe., La seule solution offerte était de déclarer l’oubli de ce sésame. Malgré la foule d’informations confidentielles que j’ai été obligé de fournir, le logiciel tournais en boucle en me refusant l’accès.

J’ai écris en RECOMMANDÉ AVEC ACCUSÉ DE RÉCEPTION à Microsoft leur demandant de me rembourser le logiciel WINDOW installé d’office sur l’appareil. Et inutilisable, j’attends toujours la réponse. Et mon ordinateur est depuis plus de deux mois inutile.

Dans le même type d’entrave à la liberté, le trésor public, alors que la monnaie fiduciaire est réputée intégralement libératoire ne l’accepte plus en paiement. Pire un de mes ami âgé, qui n’a pas internet a payé ses impôts par chèque comme par le passé. Il a été taxé d’une pénalité, et on lui appliqué l’amende de 10 %.

La gabegie internet pour le fisc a eu récemment ses heures de gloire en ne pouvant pas absorber les paiements de l’impôt sur son site. Quand allons-nous nous retrouver comme aux USA où des citoyens sont mis en prison pour des dettes qu’ils n’ont pas contracté parce qu’on leur a dérobé leur numéro de sécurité sociale ?

L’informatique en systématisant le principe des restrictions décrété sans l’accord de l’individu est un outil liberticide et je n’évoque pas les développement des logiciel de reconnaissance faciale. La série Matrix où la responsabilité de la répression est donnée aux machines risque d’être pire en cas d’usage de cette répression par les humains. (Shoah, révolution culturelle, khmers rouge etc.)

Même les États sont sous la dépendance des grandes structures de services informatiques qui prélèvent sur la ressource des pays sans contrepartie équitable comme l’a fait à mon endroit Microsoft.

Pour conclure sur le thème de la liberté évoquons la cohérence entre le bilan carbone et les autres décision liberticides.

Je serais curieux de voir le niveau des émissions occasionné par la multiplication des transferts de fonds que le prélèvement des impôts sur le revenu implique, ainsi que celui du changement de vitesse réglementée sur les routes en ne tenant compte que des dépenses occasionnées par le changement de panneaux de signalisation prestement mis en place alors que dans bien des endroits les incohérence perdurent le anciens panneaux subsistant malgré les modifications réglementaires. A Neuilly Plaisance sur 50 mètres iil y a trois changements de vitesse à un virage et quatre stops à un croisement. Pour la limitation de vitesse sur route, de façon similaire on ne génère ainsi que des risques accrus. Au plan pratique la disposition impose des vitesses de dépassement élevées du fait des distances réduites des sections à deux voies..Je ne parle pas de de la pauvreté des faits présentés pour justifier la mesure.

Pour finir ce tour d’horizon, parlons confiance et ressources. La confiance est une disposition qui résulte de l’expérience. Elle porte sur la tenue des engagements pris et sur l’aide dispensée. Elle implique que les protagonistes aient une attitude sans équivoque où le doute est dissipé par la réalisation des engagements pris.

Prenons trois exemples.

En 2017 pour faire face à une charge de chauffage Gaz prohibitive dans ma nouvelle résidence, je contacte EDF pour remplacer mon installation au gaz par une pompe à chaleur. Cette démarche faisait suite à une publicité de l’entreprise recommandant d’avoir recours à leurs services pour sélectionner un professionnel agréé pour améliorer ou remplacer les installations existantes.

L’installation s’est faite avec des incidents de réglage prouvant que le professionnel recommandé ne maîtrisait pas totalement les réglages du matériel installé. Un contrat d’entretien était prévu et son prix mentionné sur les documents du représentant de l’entreprise. L’installateur relancé à plusieurs reprise dont une par lettre recommandée n’ont eu aucune réponse.

EDF à qui qui j’ai dénoncé le contrat Gaz n’a pas tenu compte de ma demande et a clos aussi le contrat électricité, sans que je sois averti . J’ai continué à recevoir la fourniture pendant près de neuf mois mais sans recevoir de facture, malgré mes relances.. Un jour un technicien ENEDIS se présente chez moi et me dit qu’il viens me débrancher du réseau. En mon absence et sans son application qui lui a pris une journée entière je me serais trouvé privé sans raison d’électricité.

Pire encore au moment de la régularisation, je décide de payer ma facture par carte bancaire. Je constate en consultant mes relevés que le montant prélevé n’était pas celui de la facture. La banque que je consulte m’informe qu’il ne font pas de contrôle de montant dans les paiement par carte. Depuis je paye par chèque mais EDF me facture 15€ de frais de retard.

La crise actuelle des transport au motif de la réforme des retraites confirme les observations faites lors de la grève précédente vous l’avez sans doute constaté. La SNCF n’est plus en mesure de gérer son trafic et principalement de tenir sa grille horaire. Ainsi ce n’est plus l’heure de passage su train qui est affiché, mais un délai qui varie en permanence. Les répercutions sont que vous n’êtes plus en mesure de fixer de manière rigoureuse vos rendez-vous d’autant que régulièrement un ou plsieurs trains sont supprimés.

Au plan politique , en 2015 mon attention avait été attiré par les vicissitudes de l’adoption de la Loi Macron. Il s’agit d’un texte de 210 page comprenant 300 articles dont une grande majorité font références à d’autres textes et dont le modalité d’application ne sont pas définies et le seront par ordonnance. Elle traite des transports, du commerce, des professions juridiques, de l’urbanisme, du capital des sociétés, des investissements, du financement, de l’innovation, des entreprises à participation publique, du cadre juridique de l’État actionnaire, de l’industrie et des obligations des entreprises, de la vie dans l’entreprise, de la spécialisation des tribunaux de commerce, des procédures de sauvegarde des entreprises en difficultés, des exceptions au travail dominical, du droit du travail et des prud’homme, des prestations de services internationales, de la sécurisation de l’emploi, et de disposition diverses concernant notamment l’outre mer.

Il s’agit d’un texte pratiquement illisible et qui ressemble furieusement à la loi Dodd-Frank US qui a notamment permis de pénaliser la BNPPB de 6,9 milliards $ et dont nombre de dispositions n’ont jamais été appliquées.

Il s’agit d’une approche qui structurellement détruit la confiance car les mesures utilise voisine avec des répressions discutables et dont les dispositions peuvent se révéler nocives avec le temps. Elle ne peuvent s’appliquer de façon pratique selon l’adage que nul ne peut ignorer la loi.

Lorsque que les citoyens ne sont pas en mesure de comprendre les dispositions légales ils les négligent ou se révoltent. Nous sommes dans ce processus.

CONCLUSION

Revenons sur les termes de mon introduction, la réforme des retraites est présentée avec la présentation de personnes âgées, isolées, dans le dénuement le plus total et de plus de femmes dont la conjonction de la médiatisations des sévices reçu et la revendication d’égalité constitue de puissant leviers pour des réactions affectives.

Les hommes ne sont pas conviés à s’exprimer et mon intervention n’a reçu aucune réponse.

On ne raisonne plus sur des données objectives mais sur des opinions. Or quel est le problème ? Il s’agit de permettre a des personnes agées en majorité des femmes pour lesquelles on demande la contribution des hommes et par la même occasion de peser sur les ressources des personnes qui ont géré leurs fin de vie de façon avisée et ont contribué au bon fonctionnement de notre pays Il faut ainsi faire prendre au actifs des risques qui peuvent nous rappeler la spoliation de l’épargne de nos parents avec les emprunts Russes et le financement du Canal de Panama. J’ai encore des titres de cet époque.

A mon sens faire une reforme globale ne s’impose pas car en mettant tous le monde sur le même plan elle induit des risques systémiques que nous sommes incapables d’identifier.

La meilleure solution serait pour moi de maintenir les chose en l’état, en instituant un smic retraite dont la contribution pourrait être faite en premier lieu par la famille avec une déduction équivalent plafonné au niveau du smic institué. Le solde serait abondé proportionnellement par les régimes complémentaire et le niveau de ressources toujours calculé net d’impôts.

Pour la solidarité de genre évoquée, il serait normal que celle-ci soit calculée toutes contributions confondues et qu’apparaisse clairement quelle est la contribution effective de l’homme à la femme sur la durée de vie.

Pour la solidarité de genre évoquée, il serait normal que celle-ci soit calculée toute contributions confondues et qu’apparaisse clairement quelle est la contribution effective de l’homme à la femme sur la durée de vie.

Ainsi le respect des engagements passés serait respecté et évoluerait en fonctions modifcations sociale chacun contribuant selon ses obligations et proportionnellement à la culture de son environnement professionnel . Le thème de l’égalité devenant subsidiaire à l’équité et au souhait largement partagé de finir sa vie décemment Sans subir le poids d’une concurrence taillée au profit des plus dotés.

 

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2019 1 04 /11 /novembre /2019 09:42

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 17:58

J'ai en définitive considéré que la présentation de l'environnement qui explique en partie le mouvement de protestation des gilets jaunes ne constituait pas une contribution suffisante à la prise en compte de l'intérêt social et éthique au phénomène. Je le vois comme une façon nouvelle de protestation qui procède des mouvements des  Espagnols, Anglais, Us survenus au moment de la crise. La démarche qui implique une remise à plat fondamentales de la façon de répartir les richesses  constitue en fait le complément économique nécessaire à la démocratie dans la dimension soulignée par Emmanuel TODD du caractère violent ultime de la privation de ressources prélude aux holocaustes.

Les suggestions reprennent celles avancées lors  de mon entretien avec madame de Vaucouleur avec une dimension de réforme fiscale destinée à éliminer les doubles impositions.

Clauses échappatoires aux engagements et mesure de prévention des doubles impositions

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 15:29

La crise que nous vivons face à la perceptions de plus en plus quotidiennes de inégalité de traitement et en réaction aux pressions des risques climatiques, de incertitudes induite par le choix ressenti de l'exclusion de l'humain par l'humain avec pour explication les performances de la la machine a des fondements structurels qui ont près de vingt ans.

Les ressorts sont la dévalorisation de l'individu son sentiment d'inutilité face à des nouveaux outils dont on ne perçois que les avantages immédiats de servilité. Le plus flagrant est la perte de confiance dans l'humain et plus grave celle de la femme dans l'homme perçu comme une menace.

Le texte ci joint en fait une analyse succincte qui sera prochainement étoffée par deux ouvrages synthétisant les thème du pouvoir et de la valeur

Historique d'une inandatation des concepts à un univers dont acrroit l'instablilité intrinsèque contrairement au passé

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2018 4 13 /09 /septembre /2018 12:25

Ce document fait suite à une intervention du président nouvellement élu dans une émission de télévision intitulée "on n'est ps couché".

Le formulaire mis à disposition, s'étant révélé bien différent que ce que l'on naïvement le citoyen moyen pouvait espérer d'un exercice qui semblait avoir pour objectif de structurer les principes d'action des parlementaires chargés de contrôler les dérives des gouvernants qui ne peuvent pas tout apprécier des besoins essentiels des citoyens confrontés à des changements dont ils assurent l’essentiel des risques.

Les besoins essentiels sont des besoins de bons sens et de clarté, ce qui n'est pas le cas de la gestion du prélèvement à la source dont on ne comprends pas les objectifs en matière d'équité et de simplicité.

Le point le plus questionable étant le fait que pour envoyer notre déclaration que par soucis écologique et d'efficience nous avons  remplie par internet on soit obligé d'autoriser le fisc de prélever sans préavis sans échéance et sans limite de montant sur notre compte bancaire sur lequel nous avions au préalable domicilié un prélèvement mensuel.

Il semble s'agir d'un dictât léonin qui permet à l'État de prendre possession sans motif clair de se saisir de notre patrimoine. Il est ainsi étonnant que les représentants chargé de défendre notre liberté aient autorisé une telle atteinte à la liberté inscrite dans la constitution.

Alors que le prélèvement à la source est après de nouvelles hésitations est confirmé, aucune des réponses concernant les transferts des charges de travail et des risques de non paiement, de trésorerie et de confidentialité de l'État au citoyen n'ont pas été données,une actions des élus semble nécessaire pour justifier le bien fondé de la disposition   

suggestions aux parlementaires pour accroître l'efficience de leurs travaux

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 13:09
https://www.louisbachelier.org/wp-content/uploads/2018/01/od-18_-002.pdf

Dans le stéréotype de l'égalité homme femme, chacun y déverse un contenu différent, cela alimente les présentations sur les salon les séminaires et les débats politiques. Cependant il est impossible d'avoir une définition claire et succincte du concept.

Science et vie dans un article de août 2018 éclaire un peu ce qui pourrait être en cause: des biais dans notre façon d'évaluer les inégalités.

En ce qui concerne les aptitudes aux carrières scientifique sous l'angle de l'accès au pouvoir la publication de janvier 2018 explore quelques pistes avec un parti pris d'égalité comme objectif à atteindre.

J'ai pensé qu'il était intéressant d'y apporter des nuances pour le moins

 

 

Autres données expliquant les options des filles

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 11:33
https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/09/nous-defendons-une-liberte-d-importuner-indispensable-a-la-liberte-sexuelle_5239134_3232.html

Dans le cadre de la préparation d'un nouveau livre  ayant pour titre "L'Emprise de la Mante", j'en profite pour revenir sur un commentaire fait en réponse à la tempête médiatique qui a été déclenchée à la suite de  la réaction de Mme Deneuve face à la destruction médiatique de homme accusé sans jugement sans analyse des circonstances et sans examen des responsabilités partagée par les deux sexes quand la femme accuse.

Dans son ouvrage célèbre  "les hommes viennent de Mars , les femmes de Vénus, John Gray donne une image idyllique de la situation en regard des excès déployés sur les réseaux sociaux. Sachant que bien souvent les plus extrêmes excès verbaux dissimulent les plus inqualifiables turpitudes de ceux qui les profèrent, j'ai voulu ramener un peu de mesure et rendre hommage, et ce n'est pas courant à une femme qui défendait ainsi que l'exprimait Brassens " La louche au valseur"

J'ai récemment expérimenté combien de façon inappropriée le terme Harcèlement, peut être utilisé et avec combien d'hypocrisie certaines situations peuvent être utilisées pour du chantage pur et simple.

Messieurs nous sommes pour la plupart des enfants de cœurs en la matière.

C'est sur ce rappel que je renouvelle ma publication

Le coup de l’ascenseur aux USA

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : COMMODITIES_et_RISQUES
  • : Ce document est une tentative pour faire partager le fruit d'une expérience technique dans la gestion des risques des financements internationaux de Matières Premières ainsi que les réflexions éthiques, qu'elle génère parfois
  • Contact

Recherche

Liens